“Migration en Briançonnais” par le P. Jean-Michel Bardet

A Briançon, MSF déploie une tente d’urgence, un dispositif humanitaire similaire à celui déployé en Haïti en 2010 et lors du typhon aux Philippines en 2013.

Dans le diocèse de Gap et Embrun, le Père Jean-Michel Bardet, curé de Briançon, a publié ce texte sur l’action de la paroisse de Briançon en faveur des migrants, à l’occasion de la Toussaint 2021.

Qu’on les nomme exilés ou migrants, ils sont sur la route depuis des mois et des mois, reprenant souffle de refuges en refuges, dans le meilleur des cas.

Malgré les dévouements de tous ordres, avec la générosité et l’énergie de la part de jeunes gens, bien souvent du même âge, la route est dure, longue, violente, bordée d’illusions mortifères, du triste danger de ceux qui s’enrichissent de la misère de leurs frères, mais aussi heureusement de cette expérience du geste fraternel, de compassion, qui réconforte autant celui qui le donne que celui qui le reçoit.

La paroisse de Briançon, avec le soutien de l’évêque du diocèse de Gap [et Embrun, ndlr], Mgr Xavier Malle, s’est ouverte cette semaine comme un « refuge » parmi tant d’autres, comme elle a pu le faire autrement à de multiples occasions.

Nous avons souhaité que durant cette étape sur le site de l’église Sainte-Catherine, ce soit aussi l’occasion de permettre des échanges moins crispés, entre services de l’Etat, associations solidaires, collectifs et individuels, paroissiens, tous soucieux que la personne humaine reste au cœur de cette recherche commune d’apaisement, au cœur d’un drame appelé à marquer durablement notre siècle.

Je rends grâce pour cette bonne volonté manifeste, pour ces dialogues respectueux, pour ce temps d’un café, même rapide, avec les forces de l’ordre où, en de brefs échanges, était palpable le commun désarroi face à cette situation douloureuse.

Gérer ensemble une crise, à notre humble échelle, où la place de la parole d’une promesse « de quelques moyens supplémentaires » vient alors apporter une étincelle de réconfort et d’encouragement.

Le « croire en la parole de l’Autre » est bien le nœud de ces échanges, et d’une possible convergence pour une cause commune : que l’humanité s’en trouve grandie.

Mais gare ! Si la parole n’est pas honorée… c’est alors l’expression de la désespérance, d’une colère qui trouvera souvent son expression dans une violence amère, et des errements accablants.

Permettez-moi humblement de le partager, dans la foi chrétienne qui m’anime, que jamais la Parole de Dieu ne se dédit ; c’est Elle qui peut nous permettre de tenter de faire confiance en la parole de notre interlocuteur, et de toujours oser celle-ci.

En vous souhaitant de célébrer joyeusement cette formidable Espérance !

Bien fraternellement,

Père Jean-Michel Bardet, curé de Briançon, dans le diocèse de Gap et Embrun

Concernant l’accueil de nuit pour les personnes exilées

Devant la situation d’urgence provoquée par l’augmentation de l’afflux des personnes migrantes à Briançon, la paroisse de Briançon, en accord avec l’évêque de Gap, a mis à disposition de l’Association Refuges Solidaires des locaux situés sur le site paroissial de Sainte-Catherine.

Cette situation semblant devoir s’inscrire dans la durée, une réflexion est en cours pour l’établissement d’une convention d’usage entre Refuges Solidaires et la Paroisse.

Cette convention, précisant les responsabilités et règles de fonctionnement et d’utilisation, couvrirait la mise à disposition du terrain jusqu’à fin avril 2022 au maximum, pour assurer au besoin un toit pour la nuit en période hivernale, si les arrivées de personnes devaient dépasser les capacités d’accueil du Refuge Solidaire des Terrasses.

Extrait du communiqué de la paroisse de Briançon daté du 12 novembre 2021

Sur le même thème