Retour sur la session « Échanges » de mars 2021

Célébration dans la chapelle de l’Ermitage Sainte-Thérèse à Lisieux, lors de la Session Echanges 2019.

Du fait de la situation sanitaire, l’édition 2021 de la session Échanges, destinée aux prêtres et religieuses venus d’autres pays et en mission pastorale en France depuis trois ans ou plus, s’est tenue en visioconférence. Les participants se sont retrouvés les 15, 16, 22 et 23 mars 2021. 

Programme de la session

Lundi 16 mars

Le lundi matin, la Cellule accueil et le père Carlos Caetano, cs, directeur du Service National Mission et Migrations, ont accueilli les participants à la session.

Mot d’accueil par le P. Carlos (pdf à venir)

L’après-midi a permis aux participants de faire mutuellement connaissance. Ils (et elles) ont échangé autour des bonnes et moins bonnes découvertes de leur mission en France (“Une ou deux choses qui ont changé dans votre perception de l’Église qui est en France depuis votre arrivée” ; “Une question qui demeure…” ; “Une découverte inattendue…” ; “Il peut aussi être bon de donner vos réactions face à la pandémie, ici et chez vous…”).

Quelques échos de leurs échanges :

  • Le choc culturel demeure une difficulté longue à explorer. Outre les modes de vie et les coutumes :
    • La pratique religieuse est faible et ne concerne que des anciens ; la foi ne s’exprime pas dans la société ; Beaucoup d’églises et peu de monde dedans alors que dans nos pays c’est l’inverse ; les liturgies sont peu vivantes … et courtes.
    • Grande difficulté à rencontrer les jeunes ; pas de suite après les sacrements d’initiation ; peu de participation à la catéchèse.
    • D’une manière générale, déchristianisation massive ; individualisme…
  • Des aspects positifs ont été relevés :
    • L’organisation de l’Église de France avec ses divers services.
    • La qualité de foi des laïcs engagés ; la prise de responsabilité de nombreux laïcs sur qui repose parfois le quotidien des paroisses ;
    • Découverte (encore à faire) du ministère des diacres permanents.
    • Accueil le plus souvent fraternel des confrères prêtres ; simplicité des évêques et des prêtres qui nous oblige à revoir notre statut social dans nos pays d’origine.
  • Il faut faire preuve de patience, laisser le temps au temps …

Mardi 17 mars

Le mardi matin a été consacré à la présentation de l’encyclique Amoris Laetitia et à sa réception en paroisse. Résumé et commentaire d’Amoris lætitia.

Véronique Longchamp, directrice adjointe du Service National Famille et Société (Conférence des Evêques de France), a présenté cette exhortation apostolique publiée le 19 mars 2016, qui vient en conclusion du Synode sur la Famille. Ce document pastoral ne touche pas la théologie mais vient éclairer la pratique de l’accueil, de l’intégration et de l’accompagnement.

Echos de l’intervention de Véronique Longchamp

Le mardi après-midi, les participants étaient invités à échanger sur l’encyclique Amoris Laetitia.

Échos très partiels :

    • Le contexte de la situation des familles en France est désarmant au regard des dispositions de l’Église.
    • Les réflexions se sont portées sur les quatre termes : accueillir, accompagner, discerner et intégrer, plutôt que de porter un jugement a priori.
    • Des questions sur l’éducation chrétienne des enfants sont apparues et sur les demandes de baptême dans des familles éloignées de l’Église.

Lundi 22 mars

Le père Grégoire Catta, sj, directeur du Service national Famille et Société, de la Conférence des Évêques de France, nous a présenté l’encyclique Fratelli Tutti.

Pour introduire le sujet, le Père Catta a partagé une vidéo, réalisée par le service média du Vatican, présentant les grandes lignes de l’encyclique : Fratelli Tutti, sur la fraternité et l’amitié sociale.

La fraternité et l’amitié sociale comme programme de société. Cela concerne les relations interpersonnelles mais aussi et surtout, les institutions et les structures, le défi de constituer un ‘nous’ ! un ‘peuple’ ! Pour les croyants, il est possible de lire toute l’encyclique comme un chemin pour se laisser saisir par le mystère de Dieu qui nous sauve…

Echos de l’intervention du P. Grégoire Catta

Présentation de Fratelli Tutti 

L’après-midi a été consacré à des échanges entre les participants sur l’encyclique Fratelli Tutti.

Beaucoup de groupes sont revenus sur des passages de l’encyclique.

Mardi 23 mars

Le père Benoît Hagenimana, originaire du diocèse de Butare au Rwanda, vicaire épiscopal dans le diocèse de Créteil, témoigne de sa longue expérience en France, en tant que prêtre-étudiant d’abord, puis en tant que fidei donum.

Témoignage du P. Benoît

Sœur Léonie Kanzemo a fait part de sa mission de catéchiste dans une institution scolaire catholique de sa congrégation avec enthousiasme, tout en faisant état des difficultés, en particulier d’intéresser les enfants et les jeunes.

Témoignage de Sr Léonie

L’après-midi, les participants ont partagé sur leur expérience puis le père Michel Fournier a clôturé la session. Il a fait une proposition de se retrouver en visioconférence pour échanger en plus des sessions en présentiel. L’accueil a été favorable… Reste à organiser cela.

Les échanges ont été paisibles et on a senti dans les comptes-rendus oraux une implication personnelle des participants qui ont fait une relecture de leur mission.

Conseil de lecture 

La joie de l’amour. Amoris lætitia. Édition annotée, avec guide de lecture et témoignages. Avec les contributions de : Mgr Jean-Luc Brunin, P. Grégoire Catta, Alain Thomasset, Bertrand Cassaigne, Anne-Marie Pelletier, Christoph Theobald, Etienne Grieu, etc. Édition présentée et annotée sous la direction du Service National Famille et Société — Conférence des évêques de France — et de la Faculté de théologie du Centre Sèvres. Avec un guide de lecture et des témoignages. 2016, 374 pages, 13 €. Éditions Lessius.