“Vacances et migrations” par Mgr Kalist

Edito du 13 juillet 2021 par Mgr François Kalist, archevêque de Clermont, à l’occasion des vacances d’été, sur “l’impulsion nouvelle” qu’il souhaite donner à la Pastorale des Migrants dans son diocèse.


Après des mois de contraintes sanitaires, le déconfinement nous apporte un sentiment de liberté. Nous retrouvons avec joie les chemins de la convivialité dont nous étions privés depuis si longtemps. L’été correspond aux vacances scolaires, et pour beaucoup de familles c’est la détente, le dépaysement, l’évasion. Les images commerciales d’estivants qui surfent sur les vagues, ou de randonneurs qui se risquent sur des chemins escarpés, flattent les aspirations de notre société de loisirs. La mer et la montagne s’offrent aux vacanciers comme des promesses de bonheur.

La mer et la montagne, au même instant, pour d’autres, c’est l’exode, l’épreuve, la souffrance, l’humiliation. Fuyant la guerre, la misère ou la persécution, des hommes, des femmes, des enfants, quittent leur pays, affrontent mille dangers pour aller vers l’horizon d’une vie meilleure. Parviendront-ils à traverser les mers, à gravir les montagnes, à passer les frontières ? Seront-ils accueillis ? Trouveront-ils la paix et la fraternité ? La migration est un grand défi pour les responsables économiques et politiques de notre monde. C’est aussi un grand défi pour les disciples de Jésus-Christ, à cause de l’Évangile qui les invite à reconnaître en tout être humain un frère, une sœur à aimer et à servir : « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli » (Mt 25,35). Le pape François nous le rappelle vigoureusement dans son encyclique Fratelli tutti.

Il est urgent de donner, dans notre diocèse, une impulsion nouvelle à la Pastorale des Migrants. Depuis quelques mois, la Fraternité diaconale a travaillé sur ce thème. Il était d’abord nécessaire de mieux connaître les réalités de la migration dans le département, et de repérer les différents parcours administratifs suivis par les migrants, avant de proposer aux communautés chrétiennes de notre diocèse un module de sensibilisation. Celui-ci est désormais au point, avec trois objectifs : éveiller les consciences, changer de regard pour oser la rencontre, aider les paroisses à discerner ce que peuvent être leurs actions. Les bonnes volontés ne suffisent pas. Il faut des compétences diverses, fonctionnant en réseau.

Pour l’instant, deux paroisses ont manifesté leur intérêt pour ce module. Je souhaite vivement que d’autres se manifestent à leur tour. Il y a encore beaucoup à faire pour diffuser une information objective, renverser les préjugés, changer les cœurs alors que le sujet est très sensible et vite récupéré à des fins politiques, comme on l’a encore constaté lors de la dernière campagne électorale. On ne peut vouloir sauver la maison commune, et délaisser une partie de ses habitants. Une écologie « intégrale » appelle un juste rapport à Dieu, à la terre, à soi-même et aux autres. À tous les autres.

Bonnes vacances, reposantes et solidaires !

Mgr François KALIST, archevêque de Clermont

Sur le même thème