Retour sur la session « Echanges » par Sr Thérèse Broutin

La session « Echanges », qui rassemblait 22 participants en mission en France depuis trois ans ou plus, s’est tenue du 21 au 25 février 2022, au Centre d’accueil Spiritain à Chevilly Larue. Sœur Thérèse Broutin, Déléguée diocésaine à la Mission Universelle d’Arras, y participait afin de manifester le lien avec ce qui se vit dans les diocèses. Voici la synthèse qu’elle a proposée au terme de ce temps riche d’échanges.

Merci au Père Elie Delplace, Coordinateur pastoral de la Cellule Accueil, de m’avoir invitée et motivée à venir vous rejoindre pour cette session. Merci pour votre accueil fraternel et votre confiance. Je me suis sentie tout de suite à l’aise et l’une des vôtres. J’ai découvert un groupe très riche dans la diversité des pays et des diocèses représentés.
J’espère, comme nous le souhaitait le Père Elie, que vous avez ‶rechargé vos batteries pour mieux vivre votre mission″, que ces temps de prière ensemble, ces temps de partages informels ou proposés, vous ont regonflés pour continuer votre chemin.

Que dire ? Très bonne organisation : je n’ai pas été bousculée par l’horaire ni pressée par le temps. J’espère qu’il en a été de même pour vous.
Nous avons bénéficié d’enseignements, de partages, de liberté dans les prises de parole, de temps de prière et de belles liturgies bien préparées par les différentes équipes. Grand merci à vous tous.
Lors du temps de présentation, même si vous n’avez pas pu tous vous exprimer, j’ai été heureuse d’entendre que vous aviez été bien accueillis – voire attendus – lors de votre arrivée. J’ai souvent entendu le contraire, même chez moi. J’ai pris note pour le faire remonter et donner des idées à ceux qui accueillent.
J’admire comment vous osez prendre votre place dans les équipes presbytérales et paroissiales.  Vos manières de faire auprès des jeunes m’ont semblé très intéressantes. N’hésitez pas à poursuivre vos initiatives et à les partager.
Je pense que ce qui est important est l’accueil de vos confrères ‶Gaulois″, qui vous permet de vous sentir à l’aise. Je me trompe ?
Plusieurs ont dit que la session ‶Welcome″ les a beaucoup aidés et leur a permis de comprendre des choses importantes, de faire des découvertes concrètes et utiles sur le pays et l’Eglise où vous avez été envoyés. N’hésitez pas à motiver vos confrères et consœurs pour qu’ils y viennent, de même pour la session ‶Echanges″ que vous avez appréciée, d’après ce que j’ai entendu.
Mais certains ou certaines ont aussi rencontré des difficultés car lorsqu’ils sont arrivés, ils se sont tout de suite retrouvés sur leur lieu de mission, sans trop savoir ce qui les attendaient. Ils ont dû demander des explications alors que les accueillants pensaient qu’ils pouvaient se débrouiller.
Il y a aussi les difficultés administratives qui sont difficiles à gérer : heureusement, dans certains diocèses, une personne est préposée pour aider dans les démarches. N’hésitez pas à faire appel à elle. Ne faudrait-il pas élargir cette initiative aux autres diocèses ?

Intervention de Pierre Diarra, théologien et anthropologue. Très intéressant car il nous partage non seulement son enseignement mais ce que lui-même vit. Il nous a invités à changer notre regard, notre attitude, nos idées préconçues ou reçues, nos manières de faire pour une vraie rencontre des autres, de l’autre.
Dans son intervention, beaucoup des choses rejoignaient ce que je pense et voudrais faire passer dans mon diocèse.
‶ Dans chaque culture, il y a quelque chose pour nous et il y a quelque chose pour les autres. Quand nous devons aller à la rencontre de l’autre, nous avons peur et nous nous méfions.  Et pourtant nos différences sont un enrichissement mutuel. ″
Son insistance sur le dialogue mutuel. Pour qu’un dialogue soit vrai et porte du fruit, il nous faut prendre le temps de nous écouter vraiment alors nous pouvons arriver à un véritable échange et une vraie compréhension. L’Evangile est critère de jugement, facteur de conversion et de communion.
Regard positif sur la diversité des langues, des religions, des cultures, des pratiques, des manières d’être et de faire. Pour bien vivre ensemble, il nous faut dialoguer, nous convertir et construire ensemble. L’ouverture à l’autre n’est pas perte d’identité. Il y avait une richesse dans le partage qui a suivi. Je ne vais pas reprendre ce que vous avez dit, ce serait trop long et cela a déjà été fait.

Témoignage du Père Benoît Hagimana, prêtre Fidei Donum dans le diocèse de Créteil. Sa longue expérience, son consentement à être missionnaire ici, après avoir traversé un véritable choc des cultures qu’il a dépassé, sont très riches de son vécu. Je l’ai senti à l’aise et heureux dans la mission qui est la sienne. Sa simplicité dans ses rapports avec les gens, osant demander leur aide quand il en a besoin. Ce qui a été difficile, c’est la solitude qu’il a vaincue, en allant au-devant des personnes.
Sa volonté de travailler avec des laïcs en mission ecclésiale. Son ouverture libre à ce qui se vit et ce qui est proposé dans l’Eglise en France. La pastorale de l’engendrement est un parcours important pour lui. Il nous a dit : ‶ Aujourd’hui, je me sens impliqué dans l’histoire de cette Eglise que je sers. Dans le service de la société qui cherche sans cesse des voies, des moyens d’annoncer l’Evangile en dialogue avec elle. ″
Ne pas attendre que les gens viennent mais sortir pour aller où les gens se trouvent.

Amoris Laetitia avec Mme Véronique Lonchamp, directrice du pôle Famille et directrice adjointe du Service National Famille et Société (SNFS). Important pour moi d’entendre une lecture différente de ce que j’ai déjà entendu. J’ai découvert de nouvelles idées. J’ai aussi entendu vos difficultés à entrer dans les questions difficiles, par rapport au mariage et aux sacrements.

Evangélisation des jeunes et vocations avec le père Vincent Breynaert, directeur du Service National pour l’Evangélisation des Jeunes et pour les Vocations (SNEJV). ‶Avec l’aide de l’Esprit Saint, ensemble servir et encourager dans la communion l’évangélisation des jeunes. ″ Faire avec, porter avec mais ne pas faire pour les jeunes. Sans le jeune, ça ne marchera pas. On le sait pour l’avoir entendu mais pas toujours évident à mettre en pratique. Là encore, nous retrouvons l’importance de l’écoute en profondeur et du dialogue. Nous avons du travail, n’est-ce pas ?

Dans l’intervention sur la laïcité de Mme Anne – Violaine Hardel, directrice du service juridique, j’ai découvert des points que je ne connaissais pas mais je dois avouer que par moment, j’avais du mal à suivre.

L’écologie intégrale avec Michel Roy, Secrétaire général de Justice & Paix France. Il ne suffit pas d’entendre, d’avoir de bonnes idées mais il faut aussi la pratique. J’ai déjà lu et travaillé Laudato Si’ dans différents groupes et à chaque fois, je découvre des idées nouvelles. Mais que fait-on de ces belles idées, essayons-nous d’en vivre ?

Le « circuit spirituel » à Paris m’a beaucoup plu. Merci pour cette initiative qui a permis des partages différents entre nous. Découverte nouvelle pour moi, dans des lieux déjà visités il y a quelques années mais présentés différemment. La visite à la chapelle St-Joseph des Carmes que je ne connaissais pas m’a fait découvrir un pan de l’histoire de la Révolution appris dans les livres.

Cette session est une très belle expérience pour moi. Ce serait bien si elle pouvait être poursuivie et élargie à d’autres délégués qui seraient intéressés. Ce que j’ai découvert et entendu peut aider nos services à mieux vous accueillir, vous comprendre et vous accompagner.

Je vous encourage, comme vous l’a suggéré hier le Père Carlos Caetano, cs, Directeur du SNMM, de vous rapprocher de l’équipe de la Mission uiverselle de votre diocèse et de participer aux rencontres qui vous sont proposées. Les partages d’expériences sont enrichissants et permettent de s’épauler.

Belle mission à chacun et chacune, dans la joie et la paix. Bonne entrée en Carême !

Sr Thérèse Broutin
25 février 2022

Sur le même thème