Depuis 1953, une Mission catholique slovaque à Paris

Fondée le 15 septembre 1953, jour de la fête de Notre-Dame des Sept-Douleurs, patronne principale de la Slovaquie, la Mission Catholique Slovaque (MCS) fait partie de la cinquantaine de missions étrangères à Paris et dans toute la France. Présentation de Mgr Imrich Tóth, Recteur de la MCS et aumônier national des Slovaques en France.

La MCS a été créée pour les besoins des émigrants slovaques partis pour la France pour chercher du travail, et plus tard, en raison de la situation politique et de l’oppression du régime communiste. Aujourd’hui les personnes présentes à la Mission sont surtout des étudiants, des stagiaires, des jeunes filles au pair, des touristes, des pèlerins, des personnes de passage et les couples mixtes franco-slovaques, qui représentent un groupe non négligeable.

L’émigration slovaque vers la France

Pour la période précédant la Première Guerre mondiale (1914-1918), Milan Rastislav Štefánik est sans doute parmi les personnages les plus connus de l’émigration slovaque. Ce célèbre astronome travaillait à l’Observatoire de Meudon (92) et, grâce à ses qualités exceptionnelles en politique, en diplomatie, en aéronautique et en stratégie militaire, il est devenu l’un des plus jeunes généraux français. Il était à la tête des volontaires tchèques et slovaques qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale avec les états alliés contre l’Allemagne. Sa statue, près de l’Observatoire à Meudon, et une plaque commémorative, sur une place du 16ème arrondissement de Paris, rappellent ses mérites exceptionnels.

Les plus anciennes références de l’émigration slovaque en France datent des années 1921-1922. Le nombre des Slovaques en France avant 1938 dépassait 60.000. Les principaux endroits où les Slovaques se concentraient se trouvaient dans les environs de Paris et à Argenteuil. On comptait environ 3.000 slovaques.

Dans l’entre-deux-guerres, sont arrivés en France de nombreux jeunes gens et jeunes filles, qui ont été admis dans divers ordres masculins et féminins. Les jeunes filles entraient généralement dans l’Ordre de Notre-Dame et dans celui des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul. Elles ont exercé, par exemple, à la Congrégation de l’Enfance de Jésus à Digne-les-Bains, à la Congrégation de Saint Joseph à Saint-Vallier, Roche Taillée, Bordeaux et La Garenne-Colombes. Dans les années 1960, il y avait des centaines de sœurs de nationalités différentes dans toute la France, parmi lesquelles plusieurs dizaines de Slovaques, principalement dans des grandes villes comme Paris, Marseille, Dijon, Monaco et Reims.

Après la Seconde Guerre mondiale, la Tchécoslovaquie a été réunifiée et en février 1948 a eu lieu un putsch communiste. Le régime communiste est tombé en Tchécoslovaquie grâce à la « Révolution de Velours » de 1989 et la Slovaquie a renouvelé son indépendance dans la deuxième République Slovaque indépendante, le 1er janvier 1993.

Les Slovaques en France aujourd’hui

Les Slovaques sont présents dans diverses régions françaises mais les communautés les plus importantes sont à Paris et en banlieue. Le Consulat slovaque en France estime officiellement à 15.000 le nombre de Slovaques présents dans l’Hexagone. Les caractéristiques de la communauté slovaque en France ont changé : d’une part, le nombre des plus âgés diminue et, d’autre part, 60 à 70% des fidèles sont des personnes embauchées dans différents secteurs, ainsi que des stagiaires, des étudiants, qui s’installent pour quelques semaines ou mois. Le plus grand potentiel se trouve dans le nombre croissant de familles slovaques ou franco-slovaques qui renforcent leurs liens par des rencontres régulières et maintiennent vivantes leur foi et leur langue maternelle chez leurs enfants.

La vie pastorale des Slovaques en France et la création de la MCS

Avant la création de la MCS, les communautés de compatriotes slovaques étaient très dispersées, sans administration spirituelle organisée et, le plus souvent, la pastorale ne se montrait que spontanée et occasionnelle. Répondant à ces problèmes de manière globale pour l’ensemble de l’Église Catholique, la Constitution apostolique Exsul familia Nazarethana, publiée en 1952 par le pape Pie XII, a permis d’apporter une plus grande systématisation. Cette Constitution traitait, du point de vue ecclésiastique et légal, du statut des millions de réfugiés qui, après la Seconde Guerre mondiale et à l’époque du rideau de fer, se sont retrouvés loin de leurs maisons et de leurs églises mères. Sur la base de cette Constitution, les Slovaques ont également pu établir des missions nationales en Europe, même s’ils n’avaient pas leur propre État. Ainsi, des missions catholiques slovaques se sont progressivement implantées en Allemagne, en Belgique, en France, mais aussi au Canada, au Brésil, en Australie, puis en Angleterre, en Suisse et en Suède.

Le fondement des activités de la MCS, officiellement établie en 1953, était et demeure encore aujourd’hui la charge d’âmes (cura animarum) des compatriotes vivant en France, en particulier en assurant la célébration des eucharisties et l’administration des sacrements en slovaque. Le premier curé de la MCS fut Július Gašparík, nommé à Rome, missionnaire « cum cura animarum ». Ensuite, Július Gašparík a publié la première revue de MCS Život-La Vie, toujours publiée aujourd’hui.

L’activité de la MCS

Messes. Le culte en langue slovaque a été célébré à Paris dans douze lieux et dans dix-huit en dehors de Paris. Depuis sa création, la MCS a maintenu et développé activement l’identité nationale des Slovaques dans l’émigration. Ceci a été accompli grâce à des activités pastorales en langue slovaque (messe, préparation aux sacrements, catéchisme), mais aussi grâce au rayonnement accru de la presse slovaque (Magazine missionnaire Život – La Vie, Hlasy z Ríma/ Slovenské hlasy z Ríma – Voix de Rome/Voix slovaques de Rome), à la vente de livres slovaques, à des cours de langue slovaque, ou à la promotion de la radiodiffusion religieuse en slovaque.

Les grands moments au cours desquels les compatriotes se réunissent le plus souvent sont les fêtes de St Cyril et St Méthode, de la Ste Marie des Sept Douleurs, de Noël et de Pâques. Aujourd’hui, les messes slovaques sont célébrées le premier et le troisième dimanche du mois à la chapelle sous l’église de La Madeleine (Paris 8ème). Après la messe, nous nous retrouvons autour d’un agape dans la salle en face de la chapelle. Puis, le deuxième et le quatrième samedi du mois à 18h, sont célébrées des messes pour les enfants. Ceux-ci bénéficient du catéchisme. Des pique-niques familiaux sont organisés régulièrement. Etant donné que la communauté des familles franco-slovaques s’agrandit, nous avons créé une école slovaque primaire auprès de la MCS.

Pèlerinages. La MCS a organisé régulièrement des pèlerinages, notamment à Lourdes, Lisieux et Rome. Depuis 1995, les Slovaques participent au pèlerinage international militaire à Lourdes, à la messe dans la cathédrale des Invalides, ou dans la chapelle de l’École Militaire.

Solennités au sein de la MCS. Parmi les événements organisés à intervalles irréguliers mais relativement fréquemment, figuraient des festivités à l’occasion de divers anniversaires sacerdotaux, religieux ou familiaux, l’anniversaire de la fondation de la MCS et des visites de personnalités éminentes de la vie religieuse, artistique et politique. Ces événements ont également réuni des représentants de l’Institut pontifical slovaque des Saints Cyrille et Méthode à Rome, des missionnaires slovaques d’Europe et des représentants de l’Église en France.

Personnalités à la MCS. A la MCS ont rendu visite différents personnages connus de la vie ecclésiastique, culturelle mais aussi politique. Parmi les plus connues étaient l’évêque Andrej Grutka des États-Unis, qui venait d’une famille d’émigrés slovaques, devenu l’évêque du diocèse Gary. L’évêque Pavol Hnilica, SJ, a rendu visite plusieurs fois à la MCS. Il faisait partie de ces personnalités spirituelles qui ont connu la persécution et la violence du régime communiste. Il a été clandestinement ordonné prêtre puis évêque, qui a ordonné l’évêque Ján Chryzostom Korec, qui est plus tard devenu cardinal. Un autre visiteur de la MCS est le cardinal Jozef Tomko, Préfet émérite de la congrégation pour l’évangélisation des peuples.

Le magazine de la mission. Život – La Vie est le plus ancien magazine missionnaire en Europe et le plus ancien magazine des compatriotes encore publié en Europe. Il est publié depuis la création de la MCS, en 1953.

Diffusion de la langue et de la littérature slovaques à travers la pastorale. La MCS possède sa propre bibliothèque slovaque, ainsi que des DVD slovaques, à la disposition des compatriotes.

Conférences, retraites spirituelles, rencontres de prières et débats. En 2002, le Père Imrich Tóth, recteur, a créé à la MCS un cyber café et un atelier biblique qui a lieu le vendredi. Les rencontres de prières ont lieu ce même jour à 19h30 à la chapelle de la paroisse, selon la période de l’année liturgique. En plus des intentions propres à chacun, des prières sont prononcées pour les membres de la mission. Ensuite, on étudie la Parole de Dieu ou le Catéchisme de l’Église catholique et on discute sur un sujet donné. Les réunions du vendredi nous apportent des conversations intéressantes et enrichissantes. Elles sont clôturées par des dîners typiquement slovaques.

Concerts de Noël. La tradition des concerts slovaques de Noël à l’église de la Madeleine a commencé en 2003. Depuis, les artistes slovaques ont acquis une excellente renommée. Tous les compatriotes sans exception peuvent se rendre à cet événement, mais également les Français, les étrangers et les touristes, à la recherche de concerts de qualité, au cœur même de Paris, pendant la période de l’Avent. C’est un exemple de collaboration fructueuse entre l’Ambassade de Slovaquie, l’Institut Culturel Slovaque et la MCS.

Fête de la St Nicolas. Le travail pastoral avec les familles et leurs enfants est renforcé par la rencontre annuelle à la fête de la St Nicolas le premier dimanche du mois de décembre. Les enfants récitent des poésies, chantent et reçoivent des petites friandises.

Hommage aux bénévoles des victimes des guerres mondiales. La MCS participe aux hommages aux civils victimes dans les deux guerres mondiales dans différents cimetières.

Événements de l’Église locale. La MCS collabore activement avec la paroisse de la Madeleine et le diocèse de Paris mais prend part aussi aux événements sur tout le territoire français. Les missionnaires de la MCS participent aux rencontres pastorales des autres missions étrangères.

Les pèlerinages œcuméniques des croyants français en Slovaquie, accompagnant le missionnaire slovaque, ont rencontré un très grand succès. En plus des messes, des rencontres ont été organisées entre les pèlerins et des responsables des Églises catholique, luthérienne, gréco-catholique et orthodoxe, ainsi que des visites d’églises connues, de style gothique, baroque, ou des églises en bois.

Les associations les plus actives de nos jours sont : L’Association de l’Amitié Franco-Slovaque et l’Association Petit Slavik auprès de La Mission catholique slovaque.

Mgr Imrich Tóth, Recteur de la Mission catholique slovaque

Voyage du pape François en Slovaquie 

Le 15 septembre 2021, le pape François célèbre la messe dans le sanctuaire national. Les Slovaques en France se réjouissent que le Souverain Pontifie visite leur petit pays natal. Certains s’y rendent pour être sur place et participent directement au riche programme. Les autres se préparent à la visite en écoutant les émissions de radio expliquant les encycliques du Saint-Père, la chaîne catholique KTO et en priant le rosaire avec les fidèles en Slovaquie qui a démarré 40 jours avant l’arrivée du Pape. Les enfants sont préparés au cours de catéchèse par le recteur de la Mission catholique slovaque.

Sur le même thème